1 juin 2022 – Pour diffusion immédiate

MONCTON – Le Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick réagit à la nouvelle prestation d’urgence pour le carburant et la nourriture annoncée aujourd’hui par le Gouvernement du Nouveau-Brunswick. Quoique ces mesures soient immédiates et nécessaires afin d’offrir une aide financière aux personnes, aux familles et aux personnes âgées à faible revenu qui sont client.e.s actuels du ministère du Développement social, nous demandons des solutions à long-terme pour toutes les personnes qui vivent en situation de pauvreté, y compris les travailleuses et travailleurs à faible revenu qui gagnent le salaire minimum actuel de 12,75$/h. 

Voici ce que le Front commun propose:

  • Augmentation du salaire minimum à un salaire de subsistance, en moyenne 20$/h. 
  • Accès gratuit au transport en commun et aux parcs provinciaux.
  • Développement d’un système de transport en commun rural gratuit et accessible pour les personnes en situation de handicap.
  • Ajout de 10 jours de maladie annuels payés par l’employeur dans la Loi sur les normes d’emploi.
  • Augmentation du taux de base de l’aide sociale pour qu’il corresponde au coût actuel de la vie et qu’il soit ajusté en conséquence chaque année.
  • Abolition de la Politique sur le revenu des ménages pour tout.e.s les bénéficiaires de l’aide sociale.
  • Augmentation immédiate des investissements dans les services publics (santé, services sociaux, éducation, logements sociaux/coopératifs).

Citations:

“Ces investissements soulagent un peu mais plusieurs personnes vivront quand même des fins de mois difficiles. Ce paiement unique ne couvrira pas l’augmentation du coût de l’épicerie et les loyers, qui ont fléchi rapidement ces dernières années. Le gouvernement doit mettre en place des solutions à long-terme pour tout.e.s les Néo-Brunswickois.e.s dans le besoin.”

-Robert Mackay, Co-président Communautaire (Interim) pour le Front Commun

“Cette annonce est un début, mais il ne s’agit qu’une approche provisoire qui n’adresse pas les raisons pour lesquelles les Néo-Brunswickois.e.s fréquentent les banques alimentaires. Il est urgent de mettre en place des mesures qui auront un impact réel sur les conditions de vie de toutes les personnes vivant en situation de pauvreté, y compris les travailleuses et travailleurs à faible revenu. Nous demeurons aussi avec plusieurs questions: quels seront les délais pour obtenir ce soutien financier du ministère du Développement social? Le gouvernement a-t-il prévu des ressources additionnelles au Ministère du Développement social pour gérer cette nouvelle prestation, considérant le manque de ressources humaines?”

-Janelle LeBlanc, Coordonnatrice Provinciale pour le Front commun

Les faits

  • Le Nouveau-Brunswick a le revenu médian des ménages le plus bas au Canada, selon Statistique Canada.
  • Selon la mesure du panier de consommation, 74 000 personnes au Nouveau-Brunswick vivaient dans la pauvreté en 2018, bien que ce nombre soit plus élevé selon d’autres estimations. Le nombre de personnes en situation de pauvreté a probablement augmenté en raison de la récession COVID-19.
  • Selon le CCPA, le maintien des gens dans la pauvreté coûte au Nouveau-Brunswick jusqu’à 1 milliard de dollars par année en perte de croissance du PIB et en dépenses liées à la pauvreté.

Informations connexes

Contacts médias (français et anglais)

Janelle LeBlanc 

Coordonnatrice Provinciale, Front commun du N-B

info@frontnb.ca, 514-290-7943