NOTE : cette déclaration a été modifiée le 23 mars pour corriger des erreurs grammaticales.

lire ce communiqué comme un document

FREDERICTON – Le Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick réagit au discours du budget prononcé aujourd’hui par le ministre des Finances Ernie Steeves. Dans le contexte d’une pandémie mondiale toujours en cours et de surplus budgétaires provinciaux sans précédent, le budget 2022-2023 ne prévoit que des investissements limités dans les services publics et une maigre augmentation du taux d’aide sociale.

Le changement le plus important du budget provincial est la réduction d’impôt massive accordée aux propriétaires d’immeubles à louer et à l’industrie par la réduction de moitié de l’impôt foncier provincial sur les propriétés locatives et de 15 % sur les propriétés commerciales et industrielles. Cette mesure entraînera une perte de revenu provincial de 112 millions de dollars que le gouvernement pourrait consacrer aux services publics et au logement social. Cette réduction d’impôt ne bénéficie pas aux personnes à faibles revenus.

Le discours du budget comprend également la confirmation que le gouvernement paiera 343 millions de dollars en augmentations salariales pour les travailleurs du secteur public, salaires gagnés par les travailleurs lors de la grève de l’automne 2021. Le discours comprend également des changements importants à la Loi sur la location de locaux à habitation, y compris un plafond de loyer d’un an (« rent cap »). Plutôt que la bienveillance du gouvernement, le Front commun salue le travail acharné des mouvements syndicaux et des locataires pour remporter ces victoires.

Quotes 

« Les bénéficiaires de l’aide sociale vivent sous le seuil de pauvreté, et les travailleurs – y compris de nombreux membres de notre service public – gagnent des salaires bien inférieurs à un revenus de subsistance. Nos services publics et notre réserve de logements abordables sont mis à mal par les besoins criants de notre province. Ces réductions d’impôt massives n’ont pas seulement peu de sens sur le plan fiscal, elles rendent un mauvais service aux Néo-Brunswickois en retirant des fonds nécessaires des coffres publics pour les donner aux plus riches. »

– Abram Lutes, coordonnateur provincial du Front commun

 

Les faits

  • Le Nouveau-Brunswick a le revenu médian des ménages le plus bas au Canada, selon Statistique Canada.
  • Selon la mesure du panier de consommation, 74 000 personnes au Nouveau-Brunswick vivaient dans la pauvreté en 2018, bien que ce nombre soit plus élevé selon d’autres estimations. Le nombre de personnes en situation de pauvreté a probablement augmenté en raison de la récession COVID-19.
  • Les personnes riches comme les Irving et les grandes entreprises ont vu leur richesse collective augmenter de plusieurs milliards pendant la pandémie de COVID-19, souvent tout en recevant des subventions publiques.
  • La réduction de la soi-disant  » double taxe  » sur les propriétés locatives augmentera considérablement les profits des propriétaires et des investisseurs corporatifs, sans que les locataires n’en bénéficient clairement. Il a été démontré que les réductions d’impôts sont contre-productives dans la lutte contre les déficits provinciaux.
  • Selon le CCPA, le maintien des gens dans la pauvreté coûte au Nouveau-Brunswick jusqu’à 1 milliard de dollars par année en perte de croissance du PIB et en dépenses liées à la pauvreté.
  • 1 milliard de dollars par année en perte de croissance du PIB et en dépenses liées à la pauvreté.

Informations connexes

Contact Medias 

Abram Lutes

Coordinator Provincial, Front Commun NB

info@frontnb.ca

506-855-897