Le Front commun pour la justice sociale du Nouveau-Brunswick s’oppose avec la plus grande fermeté à la campagne de pression d’Irving Oil visant à augmenter le prix du mazout de chauffage pour les Néo-Brunswickois. En plus de demander à la Commission de l’énergie et des services publics du Nouveau-Brunswick une augmentation de 10 % des prix de ses marges en gros – ce qui entraînerait une hausse des prix du gaz et du mazout – le président Darren Gillis d’Irving Oil a menacé de réduire l’approvisionnement en mazout de Irving Oil dans la province si la Commission des services publics ne répond pas à la demande de l’entreprise d’augmenter les prix.

Le chauffage domestique est une nécessité au Nouveau-Brunswick, surtout en hiver. Cette hausse extrême des prix aurait des conséquences désastreuses pour les travailleurs à faible revenu, les citoyens à revenu fixe et les personnes vivant de l’aide sociale, surtout avec les répercussions économiques de COVID-19 et des politiques d’austérité du gouvernement Higgs.

Les bénéficiaires d’aide sociale célibataires n’ont reçu qu’une augmentation de 3 % de leur revenu au cours des dix dernières années et les parents célibataires et les couples n’ont reçu aucune augmentation de l’aide sociale. Tous les bénéficiaires de l’aide sociale au Nouveau-Brunswick vivent déjà bien en dessous du seuil de pauvreté, tout comme de nombreux citoyens à revenu fixe et de nombreux travailleurs à faible salaire. Ces augmentations sont tout simplement inabordables et inhumaines.

Depuis le début de la pandémie COVID-19, les canadiens les mieux-nantis ont augmenté leur richesse collective de 37 milliards de dollars et les plus grandes entreprises ont tout en recevant des subventions publiques. Parmi ces « profiteurs de la pandémie », on retrouve la famille Irving, les propriétaires d’Irving Oil et la 7e famille la plus riche du pays et la plus riche du Nouveau-Brunswick. C’est cette même famille qui menace les citoyens et le gouvernement de couper une ressource essentielle si leurs demandes d’extraire plus de profits ne sont pas satisfaites, et ce n’est rien d’autre qu’une tentative d’extorsion.

Le Front commun pour la justice sociale demande au gouvernement du Nouveau-Brunswick de :

  • Rejeter toute augmentation des prix des marges en gros
  • Adopter des politiques pour contrôler le prix du chauffage domestique
  • Adopter des politiques visant à garantir un approvisionnement adéquat en mazout de chauffage pour les Néo-Brunswickois, en prévoyant des sanctions sévères pour les fournisseurs qui tentent d’utiliser des prix extorsionnistes
  • Adopter un impôt sur la fortune et affecter immédiatement les recettes à l’augmentation de l’aide sociale et des revenus fixes au-dessus du seuil de pauvreté
  • Investir dans des programmes visant à promouvoir des solutions de chauffage domestique durables et abordables

Contact médias

Abram Lutes

fcjsnb@nbnet.nb.ca

506-855-8977

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *