14 Avril 2021 – pour  diffusion immédiate 

FREDERICTON – Le Front commun pour la justice sociale réagit à la nouvelle selon laquelle le gouvernement du Nouveau-Brunswick met unilatéralement fin aux accords de partage des recettes de la taxe sur l’essence avec les Premières nations de la province. Dans son communiqué de presse, le gouvernement affirme que cette mesure vise à compenser la perte de recettes fiscales résultant du fait que les Premières nations ont réussi à étendre leurs revendications juridiques sur leur territoire traditionnel. Le Front commun est solidaire avec les  Premières Nations, qui condamnent cette attaque contre les relations de nation à nation. Le Front commun demande à la province de compenser la perte de recettes fiscales d’une autre façon : en imposant une taxe sur les plus riches de la province et en éliminant les échappatoires fiscales pour les grandes entreprises et les particuliers fortunés.

Citations 

“Le premier ministre Higgs décrit ces ententes de partage des revenus comme un « système fiscal à deux vitesses », mais le véritable système fiscal à deux vitesses est celui qui a été mis en place au profit des sociétés privées et des particuliers fortunés, avec de nombreux allégements fiscaux, subventions et échappatoires qui font que le fardeau fiscal dans cette province est supporté par les travailleurs et les tranches de revenus les plus faibles. Si la province a besoin de revenus, elle doit les chercher dans les comptes et les paradis fiscaux des riches.”

– Abram Lutes, Coordinateur Provincial pour la Front Commun

“Il s’agit d’une mauvaise gestion évidente de la part de la province, et cela sape les efforts de réconciliation. Comment la province peut-elle n’injecter aucun financement dans les services publics des Premières nations et dire ensuite qu’elle met fin à ce système de partage des revenus parce qu’elle veut les mêmes services pour les mêmes impôts ?”

– Gabrielle Ross-Marquette, Co-présidente Syndicale pour la Front Commun

Les faits 

  • La province du Nouveau-Brunswick a conclu des accords de partage des recettes concernant les taxes perçues sur les ventes de gaz dans les réserves depuis 1996.
  • Cette semaine, la Première nation du Madawaska a signé un accord de revendication territoriale avec Ottawa qui lui permettrait d’ajouter 783 hectares à ses terres de réserve, n’importe où dans la province. Près des trois quarts du Nouveau-Brunswick font l’objet de différends en matière de revendications territoriales avec les Premières nations.
  • Le gouvernement de Blaine Higgs prétend qu’il est nécessaire de mettre fin aux accords de partage des revenus avec les Premières nations pour compenser les pertes de revenus des Premières nations qui font valoir ces revendications juridiques.
  • Les services publics dans les réserves des Premières nations au Nouveau-Brunswick, comme l’éducation, l’assistance sociale et les services de santé, sont partiellement ou entièrement financés par le gouvernement fédéral et les Premières nations elles-mêmes.
  • Les individus riches comme les Irving et les grandes entreprises ont vu leur richesse collective augmenter de plusieurs milliards pendant la pandémie de COVID-19, souvent en bénéficiant de subventions publiques.

Pour information 

Le gouvernement Higgs coupe les vivres aux Premières Nations

Gouvernement du N-B: Les chefs des Premières Nations invités à co créer un partenariat économique moderne et viable

 

Contact Medias 

Abram Lutes

Coordinateur Provincial, Front Commun

frontnb@bellaliant.com

506-855-897